Le projet « Dans la peau de l’autre » amène des élèves de 3e cycle du primaire à faire preuve d’empathie, composante centrale de la compétence interculturelle, afin de comprendre la réalité telle qu’elle est perçue par l’autre sans jugement. À travers diverses activités artistiques, ils sont invités à se mettre dans la peau de l’autre, quel qu’il soit, afin d’enrichir leurs perspectives et de favoriser le dialogue et l’ouverture à la différence.

Ce projet est le fruit d’un partenariat entre Une école montréalaise pour tous (UEMPT), le festival Les Coups de Théâtre et la Direction des services d’accueil et d’éducation interculturelle (DSAEI) du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, avec la collaboration de DynamO Théâtre et de l’artiste peintre Poli Wilhelm.

Portrait des écoles

École primaire Léonard-de-Vinci, pavillon 2e et 3e cycle
Commission scolaire de Montréal, quartier St-Michel
512 élèves
75 % d’élèves issus de l’immigration (1re et 2e génération)
30 langues, dont l’arabe, l’espagnol, le vietnamien et le créole
6 élèves reçoivent du soutien d’appoint en français

 

École primaire Terre-des-Jeunes
Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, Lasalle
374 élèves
86% d’élèves issus de l’immigration (1re et 2e génération)
37 langues, dont le pendjabi, l’arabe, le chinois et le roumain
93 élèves en francisation, dont 17 dans des classes d’accueil

Chronique #1 – Préparer le terrain

À l’automne 2016, un projet commun d’éducation interculturelle s’amorce à l’école Terre-des-Jeunes (Lasalle) et à l’école Léonard-de-Vinci (St-Michel). Ces deux écoles accueillent une clientèle aux origines ethnoculturelles très variées et de nombreuses familles immigrantes et cette diversité est d’ailleurs à la source de l’intérêt des enseignantes pour le projet, ces dernières y ayant vu une occasion d’explorer et de valoriser les expériences migratoires des élèves et de leur famille.

Dans chaque école, de novembre 2016 à mars 2017, deux classes d’élèves de 3e cycle du primaire participeront à des activités de médiation culturelle qui leur permettront d’explorer le thème de l’immigration et de l’intégration, notamment à travers des ateliers d’arts plastiques et de théâtre de mouvement acrobatique et de jeu clownesque.

Initié par une professionnelle du programme UEMPT, le projet s’inscrit dans les activités culturelles offertes aux écoles montréalaises de milieux défavorisés pour l’année scolaire 2016-2017. La pièce de théâtre Immigrant de l’intérieur, créée par la compagnie DynamO Théâtre dans le cadre du projet international Documents of poverty and hope, en est le cœur. Issue d’un processus collaboratif de création avec le Teatro O Bando au Portugal, cette pièce a déjà donné lieu à près de 200 ateliers de médiation culturelle réalisés avec des élèves dans trois écoles primaires de l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. La pièce raconte l’histoire d’un comédien qui se met dans la peau d’un immigrant portugais, Antonio. Seul sur la scène en compagnie d’un musicien, il s’imagine se rendre tous les jours au bureau de l’immigration dans l’espoir d’y recevoir ses papiers de résident. Plutôt que de répondre à des questions administratives, il préfère raconter des parcelles de son histoire personnelle, inspirées de réels récits d’immigrants.

Au printemps 2016, une première rencontre, réunissant les coordonnatrices du projet (UEMPT et DSAEI) et le responsable du festival Les coups de théâtre, a permis d’en définir les grandes lignes. En plus de la sortie au théâtre pour assister à une représentation de la pièce en amont du projet, une approche multidisciplinaire a été privilégiée (théâtre et arts plastiques). La seconde rencontre, à laquelle se sont joints les deux artistes, a permis de préciser les paramètres du projet, notamment le contenu de la journée préparatoire avec les enseignantes, le nombre d’ateliers avec les élèves, le calendrier envisagé, les thématiques à aborder dans le cadre des ateliers, le vernissage des œuvres produites par les élèves, ainsi que les ressources financières et matérielles requises.

Une troisième rencontre a enfin eu lieu en octobre 2016 pour terminer les préparatifs du projet avec les quatre enseignantes, les artistes et les coordonnatrices. En plus d’aborder différents aspects de la logistique du projet, les artistes ont animé des activités offrant un avant-goût des expériences qui seront proposées aux élèves lors des ateliers. Cette rencontre a permis d’explorer d’autres avenues de collaboration entre les classes des deux écoles, tant en termes d’activités de jumelage que pour le vernissage du projet qui pourrait donner lieu à un événement dans chaque école auquel seraient conviés les familles ainsi que tous les élèves et membres du personnel scolaire.

La prochaine chronique présentera le contenu et le déroulement des ateliers avec les élèves. À suivre…!

 

img_2370_photo_journeepreparatoire_2016_10_12_uempt-dsaei