Les élèves allophones de l’école Irénée-Lussier, une école secondaire spécialisée en déficience intellectuelle, ont conçu, en collaboration avec des élèves francophones, un livre de recettes multiculturelles dans le cadre d’une initiative axée sur la communication.

 

Capture d’écran 2015-01-28 à 09.51.19

Portrait de l’école

École Irénée-Lussier
Commission scolaire de Montréal
Montréal, quartier Hochelaga-Maisonneuve
236 élèves
42 % d’élèves issus de l’immigration (1re et 2e génération)
28 langues, dont l’espagnol, le créole et l’arabe
4 élèves en francisation dans des classes ordinaires
Programmes spéciaux :

  • Programme destiné aux élèves handicapés par une déficience intellectuelle profonde (DIP)
  • Programmes d’études adaptés avec compétences transférables essentielles (PACTE)
  • Démarche éducative favorisant l’intégration sociale (DÉFIS)

Description de l’initiative

Deux enseignantes ressources en communication ont eu l’idée de faire participer une dizaine d’élèves de 12 à 15 ans présentant une déficience intellectuelle moyenne à une activité rassembleuse sur le thème de l’alimentation. La moitié des élèves étaient allophones et recevaient des services de soutien à l’apprentissage du français dans des classes ordinaires. L’autre moitié était composée d’élèves francophones ayant des lacunes sur le plan de la communication.

L’initiative a suscité dès le départ de nombreuses discussions. Devant l’enthousiasme des élèves à échanger sur leurs habitudes et préférences alimentaires, le choix du thème s’est imposé de lui-même. Certains jeunes ont décrit ou dessiné leurs mets favoris, d’autres en ont rédigé la recette ou ont fait des recherches sur le sujet avec une enseignante ressource. La création d’un livre de recettes s’inscrit dans une démarche d’apprentissage concrète qui respecte le projet éducatif de l’école et est accessible aux élèves handicapés et en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.

Capture d’écran 2015-01-28 à 09.10.45La confection des mets qui avaient été sélectionnés par les élèves s’est étalée sur une dizaine de périodes, comprenant trois ateliers financés par la Direction des communautés culturelles du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport et donnés par l’organisme Les ateliers cinq épices. Cet organisme à but non lucratif offre, en effet, des ateliers illustrés de cuisine-nutrition qui ont pour objectif de promouvoir une alimentation saine. Les deux enseignantes ressources en communication ont pris en charge l’organisation et l’animation des autres ateliers. Elles ont notamment utilisé un tableau numérique pour projeter des images des aliments, des ustensiles de cuisine et des actions, afin d’aider les élèves à acquérir le vocabulaire.

Cette initiative étant propice au partage des responsabilités (recherche et achat des ingrédients, préparation des recettes), on a jumelé les élèves allophones et les élèves francophones. Assis autour de deux grandes tables de travail lors des ateliers, ils ont pu parfaire à la fois leurs habiletés sociales et leurs compétences linguistiques.

Les parents ont également eu l’occasion de participer de différentes façons à cette aventure culinaire (recherche du plat préféré de leur enfant, traduction, au besoin, de la recette en français, présence aux ateliers).

La production d’un livre de recettes constitue un moyen concret de valoriser l’utilisation de la langue française (tant à l’oral qu’à l’écrit) et d’offrir un contenu culturellement varié. En effet, les activités d’initiation et la préparation, en équipe, d’une vingtaine de mets de différentes origines ont favorisé les interactions entre les élèves allophones et les élèves francophones. Ceux-ci étaient tous très fiers de montrer aux autres comment cuisiner leurs plats préférés et comment en prononcer le nom dans leur langue maternelle (les recettes étaient, bien sûr, traduites en français, mais leurs noms d’origine ont été conservés et leur provenance était indiquée par le drapeau du pays).

Ce travail collectif a fait l’objet d’une grande diffusion. La direction de l’école a montré le produit final à tous les membres du personnel lors d’une assemblée générale et en a déposé un exemplaire à la bibliothèque de l’école. Tous les élèves ayant participé au projet en ont également reçu un exemplaire, qu’ils ont présenté à leur groupe-classe et à leurs parents.

Capture d’écran 2015-01-28 à 09.11.56Les enseignants des élèves allophones ont constaté que cette initiative avait favorisé l’acquisition du vocabulaire et avait permis une amélioration de la prononciation en général. Ainsi, les élèves ont eu la chance d’enrichir leurs compétences linguistiques en plus de parfaire leurs habiletés sociales et leurs aptitudes en communication. Ces retombées positives s’expliquent en partie par l’engagement dont ces derniers ont fait preuve tant dans le choix des recettes que dans leur exécution et leur présentation. La fierté et l’autonomie qu’ils ont acquises tout au long du projet ont permis, par-dessus tout, de renforcer leur estime de soi.

 

 

Ressources

Les ateliers cinq épices

Extraits du livre de recettes multiculturelles illustré

  • Salsa
  • Poulet à l’indienne
  • Pain de viande
  • Molletes
Capture d’écran 2015-01-28 à 09.11.22

Extraits du livre de recettes

Personne à consulter

Patricia Quesnel-Mercier
Enseignante et personne-ressource en communication